Allocation universelle
  • Infolettre
  • Auteur
  • ScanURL
  • 209 pages   [?] Nombre total de pages A4 imprimables. Le nombre de pages par chapitre/article est affiché en haut à droite de chaque page (NB : pour les fichiers de plusieurs dizaines de pages ce nombre peut légèrement varier selon le navigateur).
allocation-universelle.net

> 3. Application Recommander Imprimer 6 pages màj : 26 juin 2017

PLAN

  1. Qui va créer la richesse si l'on n'est
    plus obligé de travailler pour vivre ?
  2. Territorialité
  3. Périodicité
  1. Implémentation
    1. Progressive globalement
    2. Immédiate à des niveaux locaux

i.Qui va créer la richesse si l'on n'est plus obligé de travailler pour vivre ? Haut

Bore-out

Malgré que leurs besoins de base seront garantis par l'AU la plupart des citoyens continueront de travailler, et cela pour diverses raisons que l'on peut classer en deux groupes selon leurs motivations matérialistes ou spirituelles.

Motivations
matérialistes

Selon une étude réalisée en 2008-9 par Angus Deaton et Daniel Kahneman (prix Nobel d'économie respectivement en 2015 et 2012), au-delà d'un budget de 75.000 dollars net par an pour un ménage US l'argent ne participerait plus à une augmentation du sentiment de bonheur.

Nous avons ramené ce montant au cas d'un isolé français, par la formule suivante : 75.000 * 0.714 / 2,3 / 12 ≅ 2.000 euros/mois par personne. Valeurs prises pour la période 2008-2009 (celle de l'enquête Deaton-Kahneman). Taux de change EUR/USD moyen : 0,714 ; nombre moyen de personnes par ménage français : 2,3 (USA : 2,6).

Soit un salaire horaire net de 10 euros, le différentiel par rapport à une allocation universelle (AU) de 1.500 euros/mois correspond à (2.000 - 1.500) / 10 / 4 ≅ 12 heures/semaine (PS : soit approximativement la moitié du temps de travail hebdomadaire des humains en économie de cueillette et chasse, estimé à 25 heures/sem.).

À confirmer. Le chiffre de 75.000 USD/an nous paraît particulièrement bas. Il faudrait confirmer les résultats de l'enquête Deaton-Kahneman par des enquêtes similaires dans d'autres pays, dont la France ...

Par conséquent avec une AU de 1.500 euros/mois nous serons encore incités à travailler, au moins 25 -12 = 13 heures/sem., afin d'augmenter notre sentiment de bonheur.

Neutralisation de l'effet de trappe à inactivité. Enfin il convient également de prendre en compte un effet important de l'AU : la neutralisation de l'effet de trappe à inactivité, ce qui - toute autre chose étant égale - aura pour conséquence une augmentation de l'offre de travail.

Effet de trappe à inactivité

Motivations
spirituelles

Diverses enquêtes sociologiques montrent que la plupart des humains aiment travailler, pas seulement pour s'enrichir et acquérir des biens "de luxe", mais aussi, et peut-être surtout parce que le travail est l'occasion :

Et cela est vrai même pour les tâches ingrates telles que le ramassage des poubelles. Ainsi les ripeurs sont évidemment bien conscients de l'importance de leur travail (que l'on comparera utilement a la "valeur" du travail des publicitaires par exemple ...). Ce qu'ils n'aiment pas dans leur travail ce sont principalement les horaires.

Pyramide des besoins
Source image

Et puis s'il s'avère qu'il faut augmenter les salaires des travaux ingrats pour que ceux-ci soient pris en charge, n'est-ce pas plutôt une évolution positive ? N'est-il pas profondément injuste qu'ils soient en outre peu rétribués ?

Pour approfondir la question des salaires lire :

Enfin des biens et services sont également produits par celles et ceux qui, bien que n'ayant pas de travail salarié ou indépendant, ont néanmoins une activité productrice. On observe déjà aujourd'hui le développement d'un « secteur quaternaire » composé de bénévoles actifs dans des domaines variés : soins de santé, journalisme, recherche scientifique, art, ...

Résultats d'un sondage sur l'AU [source]

  1. Si vous aviez un revenu de base, est-ce que vous iriez encore travailler ? :
    • Oui, comme avant : 60% ;
    • Oui, mais plus à plein temps, je ferais autre chose : 30% ;
    • Non, d’abord dormir et après on verra : voyager, s’occuper des autres, reprendre des études, ... : 10%.
  2. Si on instaurait un revenu de base, pensez-vous que les autres continueraient à travailler ? :
    • Non, probablement que la majorité des gens ne seraient plus motivée pour aller travailler : 80% ...

Analyse. Ainsi donc selon que l'on questionne les sondés sur eux-mêmes ou autrui ils donnent globalement des réponses contradictoires. Par conséquent, pour pouvoir tirer une conclusion de ce sondage, il faudrait déterminer si un individu décrit mieux la réalité humaine lorsqu'il parle de lui-même ou d'autrui. Il reste donc à compléter ce sondage par des recherches sur cette question ...

Expérimentations

Dans les années 1968 à 1972 quatre expériences de "revenu garanti" furent menées aux USA dans différents milieux (urbains ou agricoles), auprès de différentes populations (couples, familles monoparentales, ...). L’objectif principal était de tester le comportement des travailleurs. Ces expérimentations ont permis d’observer une faible diminution du temps de travail chez les hommes mariés (1 à 8 %), plus élevée chez les femmes mariées (15 à 20 %), tandis que l’effet le plus fort fut constaté chez les mères isolées qui réduisent leur temps de travail de 15 et 27 % [source]. La réduction globale du temps de travail induite par l'AU serait donc motivée moins par la paresse que par désir de consacrer plus de temps à l'éducation des enfants (NB : ce qui aura un impact positif considérable sur leur productivité une fois devenus adultes ...).

Il faut cependant noter que dans les années 60-70 le chômage était nettement plus faible qu'aujourd'hui, de sorte que ces personnes qui arrêteraient de travailler suite à l'introduction de l'AU ... l'ont sans doute déjà fait : il s'agirait d'une partie des actuels chômeurs volontaires. D'autre part la neutralisation de l'effet de trappe à inactivité induite par l'AU va inciter certains chômeurs volontaires à retravailler à nouveau. Par conséquent il se pourrait que l'effet de l'AU sur l'offre de travail soit très faible.

Plus récemment (2008 à 2012) des expériences furent réalisée dans un village de 1200 habitants en Namibie (montant de l'AU : 6,3 euros/mois, soit 54% du revenu moyen). Selon les promoteurs de l'expérience (des ONG protestantes allemandes) Les résultats furent très positifs : baisse drastique du nombre d’enfants en état de sous-nutrition, hausse du taux de scolarisation, ainsi qu’un développement des créations d’entreprises individuelles [source p.29].

Iran, champion du monde. Le remplacement (2010) de prix subventionnés pour les produits de première nécessité par un programme de subvention en espèces à l'échelle nationale et représentant 15% du revenu national a placé l'Iran à l'avant-garde de tous les pays en matière d'allocation universelle [source - 2012].

Service
civique

Une garantie de production pourrait être assurée par l'instauration d'un service civique consistant en quelques heures/semaine de travail civique par citoyen dans des entreprises publiques. Ce service civique pourrait reposer sur quatre principes :

  1. Chaque citoyen est tenu de participer à un "service civique" un jour par semaine, dans une entreprise publique (fabrication de tout produit, rammassage des poubelles, armée, ...).
  2. Ce service obligatoire est contrepartie civique de l'allocation universelle (telle que définie par nous, c-à-d de vivre chichement sans devoir travailler, soit d'un montant de 1.500 euros/mois dans un pays du niveau de développement équivalent à celui de la France).
  3. Le type d'activité exércée par chaque citoyen dans le cadre du service civique change chaque année, et le nouveau type d'activité est déterminé par un algorithme de décision aléatoire.
  4. L'État dispose d'entreprises publiques dans tous les secteurs économiques, qui sont gérées sous statut de coopératives publiques (P.S. Dans ces conditions la distinction enre services publics et entreprises publiques ne fait plus sens. Dans la présente publication nous utilisons la seconde dénomination, ainsi par exemple l'armée est considérée comme une entreprise publique) [approfondir].
Conclusion

Il ressort des faits que nous venons d'évoquer que l'effet de l'AU sur l'incitation au travail, et partant sur l'offre de travail, sera relativement limité. Il importe cependant d'évaluer correctement cette réduction de l'offre de travail afin de mesurer son impact sur la production de biens et services (peut-être certains secteurs seront-ils plus touchés que d'autres) ainsi que sur les recettes de l'État (chaque citoyen qui arrête son activité professionnelle c'est autant de recettes d'impôts sur les revenus du travail en moins pour l'État).

Selon nous il apparaîtra que l'effet de l'AU sur le travail est moins quantitatif que qualitatif (par exemple l'AU participe à éradiquer le syndrome d'épuisement professionnel par l'ennui et à libérer ainsi des travailleurs pour des activités productives). La nature des produits et services, leur mode de production et consommation, tout cela va évoluer sur base des principes de développement durable et de cogestion.

Plus fondamentalement cette transformation de la nature du travail correspond à un nouveau paradigme de la valeur : que considérons-nous comme ayant de la valeur, et comment ces choix sont-ils opérés ? [approfondir].

ii.Territorialité Haut

La problématique de la territorialité implique celle de la nationalité. Le droit à l'AU est lié à la citoyenneté, laquelle peut être fondée sur une période minimale de résidence fiscale, sur la connaissance de la langue officielle, ...

Dans la mesure où l'AU ne serait pas implémentée en même temps dans tous les pays, ceux qui l'instaurent devront garantir un contrôle efficace de leurs frontières afin de prévenir l'arrivée d'un flux massif de migrants économiques. Cependant le nombre et l'ampleur des effets positifs de l'AU (cf. chapitre 4) suggèrent que le premier pays qui installera avec succès l'AU sera très rapidement suivi par tous les autres pays.

iii.Périodicité Haut

Un versement mensuel de l'AU présente l'avantage de correspondre à la périodicité des actuels virements de pensions et allocations de chômage. Ainsi en ne bouleversant pas ces habitudes on facilite la transition entre le présent système de sécurité sociale et celui "version AU".

D'autre part un paiement annuel faciliterait les petits investissements.

On pourrait commencer par des versements mensuels pendant quelques années puis - une fois le système d'AU bien rôdé- passer à un paiement annuel.

iv.Implémentation progressive Haut

Nous recommandons un double stratégie :

Implémentation progressive au niveau globalTop

Il s'agit d'évoluer de façon multiple, en partant de l'existant, au niveaux du montant d'un revenu garanti, de son financement, des procédures administratives et des institutions politiques.

Montant :

Procédures administratives :

Financement :

Institutions politiques :

Implémentations totales et immédiates à des niveaux locauxTop

Les effets directs et indirects de l'AU ne peuvent pleinement fonctionner que si celle-ci est pleinement réalisée. C'est pourquoi il importe d'implémenter l'AU intégralement et de façon immédiate à des niveaux locaux (villages, puis villes, puis régions, ...). En outre il importe de prendre en compte la problématique de l'horizon temporel.

Horizon temporel. Les effets de l'AU ne peuvent être correctement évalués qu'un certain temps après que l'AU ait été intégralement implémentée : ce n'est qu'alors que les interactions - qui peuvent accentuer ou atténuer l'effet global du système - auront pleinement agi. D'autre part le comportement des "cobayes" sera très différent selon qu'ils anticipent que le système d'AU est définitif ou qu'il prendra fin au terme de la période d'expérimentation.

Envoyez vos à l'auteur.
 
x

Pour recommander à des amiEs

  1. sélectionnez l'adresse de cette page :
  2. copiez (Ctrl+C)
  3. collez (Ctrl+V) dans votre message.